Teneur critique en chlorures 
  Imprimer   Fermer
 

Les chlorures sont présents dans le béton, soit lorsqu'ils ont été introduits lors du gâchage, soit parce qu'ils sont venus du milieu environnant. Seul le second cas est considéré ici : la teneur en chlorures dans le béton augmente au cours du temps et peut atteindre une valeur élevée au niveau d'une armature.

D'après les diverses observations, lorsque la teneur en chlorure atteint ou dépasse une valeur critique, la couche de recouvrement ne peut plus protéger l'acier. Selon le critère qui tient compte de la nature des produits formés sur l'acier, cette teneur critique est [Cl-]cr = [OH-] . Cette valeur est voisine de celle que HAUSMANN a trouvé de façon empirique, soit [Cl-]cr = 0,6 [OH-] La différence entre ces deux seuils correspondent à une différence de pH de 0,3 environ, ce qui est de l'ordre des incertitudes des mesures. En fait, la difficulté d'utilisation de cette règle réside dans la détermination du pH du béton qui est en contact direct de l'acier.

La validité de la notion de seuil critique est fondée sur des études qui ont mis l'accent sur la corrosion du fer dans un milieu liquide basique contenant des chlorures. Les solutions étudiées contenaient les ions présents lors de la dissolution du fer: Fe2+, OH- et Cl-. Il apparaît que si le rapport des teneurs [Cl-] / [OH-] est inférieur à 1, les chlorures n'ont pas d'effet sur cette solution qui reste donc stable. Dès que le rapport [Cl-] / [OH-] dépasse le seuil critique égal à 1, la solution est instable: elle devient plus acide. Ces instabilités correspondent à la formation de produits de corrosion qui, en présence d'oxygène, ne protègent pas l'acier.

Sur le plan pratique, les paramètres qui peuvent influer sur cette teneur critique en chlorure sont le dosage en ciment (et le rapport eau-ciment), la nature du ciment (fixation de chlorure, etc.) et celle des additifs éventuels (cendres, etc.), la température moyenne, l'aération interne et l'humidité du béton. L'état d'enrouillement initial des armatures a également un effet sur la valeur cette teneur critique en chlorure. Ainsi, il n’existe pas de valeur unique, applicable dans tous les cas, de la teneur critique en chlorures.

Par ailleurs, il faut noter que la teneur en chlorure qui amorce une corrosion, n'est pas reliée à la vitesse de corrosion des armatures, une fois dépassivées.


 Haut |  Imprimer | Fermer